Mois de Mai 2012

 

Pour ce mois de mai, je vous propose d’arrêter notre méditationsur le mystère de l’ASCENSION que nous fêterons le jeudi 17 mai prochain.

L’Ascension : Jésus nous quitte pour devenir, après SaRésurrection, plus proche de nous ! Jésus quitte l’espace devant nos yeux pouroccuper l’espace dans notre cœur !

La lettre de saint Paul aux Romains nous invite à découvrircette proximité toujours nouvelle de notre Dieu et Seigneur.

Pour chercher les réalités d’en haut, il n’y a pas besoin deplaner au-dessus des nuages.

En effet, ces «réalités»nous sont toutes intérieures, notre vie actuelle est déjà cachée en Dieu avecle Christ : – Recherchez les choses d’en haut !

« Si vous êtes ressuscites avec le Christ, recherchez les réalitésd’en haut : c’est la qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Tendez versles réalités d’en haut et non pas vers celles de la terre. En effet, vous êtesmorts avec le Christ et votre vie reste cachée avec Lui en Dieu. Quand paraitrale Christ, dans votre Vie, alors vous aussi, vous paraitrez avec Lui en pleinegloire. Faites donc mourir en vous ce qui appartient encore à la terre :débauche, impureté, passions, désirs mauvais et cet appétit de jouissance quiest un culte rendu aux idoles. Voilà ce qui provoque la colère de Dieu, voilàquelle était votre conduite autre fois lorsque vous viviez dans ces désordres.Mais maintenant, débarrassez-vous de tout cela : colère, emportement,méchanceté, insultes, propos grossiers… Plus de mensonge entre vous ;débarrassez-vous des agissements de l’homme ancien qui est en vous… » (Col3, 1-9)

Dans son livre « Jésusde Nazareth» le pape Benoit XVI nous aide a honoré ce mode de présence intime de Dieu ennous. Elle ne dépend pas de nos efforts de concentration psychique. Elle est offertegratuitement. Le Christ qui est « à la droite de Dieu » est le même qui est àporter de nos mains, a porté de notre cœur : un nouveau mode de présence

« Saint Luc nous dit que les disciples étaient pleins de joieaprès que le Seigneur s’était définitivement séparé d’eux.  Nous nousattendrions au contraire. Nous attendrions qu’ils soient, demeurent déconcertéset tristes. Le monde n’était pas changé, Jésus s’était définitivement éloigned’eux… Comment pouvaient-ils se présenter devant les gens à Jérusalem, enIsraël, dans le monde entier et dire : « Ce Jésus, qui apparemment aéchoué, est au contraire notre Sauveur à nous tous ? »… Et pourtant on litqu’ils retournèrent à Jérusalem avec une grande joie et qu’ils louaient Dieu.Comment pouvons-nous comprendre tout cela ?… Ils sont surs que le Ressuscitéest maintenant présent au milieu d’eux d’une manière nouvelle et puissante. Ilssavent que « la droite de Dieu » où il est maintenant « élève », implique unnouveau mode de Sa présence, qu’on ne peut plus perdre, le mode par lequel seulDieu peut nous être proche. »(Extraits du livre « Jésus de Nazareth » du pape Benoit XVI, pages 317-318)

Il reste que cette vie d’union avec « Dieu qu’on ne voit pas » reste un combat quotidien.Les réalités invisibles demandent un acte de foi… Car l’environnementmatériel tend à s’interposer comme un écran entre Dieu et nous, et prétends’imposer comme seul réel, reléguant le Ciel dans l’imaginaire et la fiction !!

Ne succombons pas dans ces séductions et vanités du monde !!

Haut les cœurs ! Levons nos yeux ! L’ascension du Christ estdéjà notre « victoire », et en ce mois de mai, consacré à la Sainte ViergeMarie, la Mère de Dieu et notre Mère nous entraine dans le sillage de Son Fils.Que son sourire et son amour pour nous nous attirent vers les réalitésd’en-haut, vers Son Fils !

Père philippe BLOT.mep

 

 

Leave a Reply